Voici 225 ans, prenant acte de la révolte victorieuse des hommes et des femmes mis en esclavage dans la partie française de l’île de Saint-Domingue (depuis République d’Haïti) la convention nationale abolissait l’esclavage et reconnaissait la citoyenneté à tous les habitants des colonies, sans distinction de couleur. Aucune indemnité n’était accordée aux esclavagistes.
Claude Ribbe
 
En mai 1802, Napoléon Bonaparte allait rétablir l’esclavage, perdant la colonie de Saint-Domingue et noyant la résistance héroïque de la Guadeloupe dans un bain de sang.
L’esclavage ne devait être définitivement aboli qu’en 1848, moyennant une indemnité pour les colons. Même si l’abolition de 1794 a été imposée par la révolte des victimes, il s’agit d’un acte qui fait honneur à la République et fixe ses principes fondateurs. Toute personne qui aspire à obtenir la nationalité française déclare adhérer aux valeurs de la Révolution.
L’abolition de l’esclavage raciste d’État, encouragé depuis 1627, avec l’aval de Richelieu, codifié en 1685 par Louis XIV, fut l’un des acquis les plus significatifs de la Révolution et donc figure au nombre des valeurs les plus sacrées de la République française.
Pourtant, cet événement fondamental, qui universalisait la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, semble avoir été effacé sinon de l’histoire de France du moins de la mémoire nationale.
Pour réparer cette injustice, Claude Ribbe et l’association des amis du général Dumas, depuis le 4 février 2014, renouant avec une tradition qui remonte à 1795, et qui a été officialisée dès 1798, organisent, pour la 6e année consécutive, la commémoration qu’imposent l’honneur, la dignité, l’équité et le bon sens.
C’est pourquoi il est important de se rassembler, pour la 7e année consécutive, le mardi 4 février 2020, à 18 heures, place du général-Catroux, Paris 17e.
En mémoire des millions d’Africaines et d’Africains arrachés à leur terre, déportés, massacrés, violés, déshumanisés, tués au travail dans des conditions génocidaires, réduits, par la violence d’une législation monstrueuse, à la condition d’esclaves, mais qui toujours, pour ne jamais se départir de leur humanité, résistèrent jusqu’à la mort ou jusqu’a ce que la liberté leur soit enfin reconnue.

By Rokia Pédro

Sans prétention aucune, j'ai toujours adoré faire part de mes coups de gueule, coup de cœur, de mes analyses, de mes mécontentements, de mes peurs ou craintes et de mes opinions aux autres. En tant que journaliste, blogueuse et activiste, comment ne plus m'impliquer dans ce qu'il se passe dans mon pays ? Alors, pour paraphraser Marguerite Duras: "Ecrire, c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit". A un moment donné, se taire c'est tout simplement être complice. Or, ma plume s'avère mon arme, avec elle j'espère donc, jouer ma partition dans cette vaste opération entreprise par tous les patriotes de mon si cher Sénégal, pour l'extirper de mains de ces politicards qui ne font que servir leurs propres intérêts. Sur Last Leaks, la parole est donnée aux experts dans leurs domaines respectifs: politique, économie, géopolitique, santé, sport... Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!