3ème mandat en question- « Macky Sall va tenter un coup d’état institutionnel ; le moment est venu de résister »

Après la mascarade de l’élection présidentielle de 2019, le régime en place s’imagine encore une possibilité d’un troisième mandat alors qu’il avait théorisé urbi orbi l’impossibilité de faire un troisième mandat lors du dernier référendum.

Mountaga Gangué

Aujourd’hui, le régime du président Sall envoie des missionnaires dans les médias pour tenir un discours diamétralement opposé à celui qu’il nous avait tenu lors de la campagne (faire un mandat de cinq ans renouvelable une fois pour inciter aux sénégalais à voter « oui »et adopter la constitution qu’il nous avait proposé en 2016.)

Alors que l’article 27 de la constitution sénégalaise nous confirme clairement en ces termes: « Article premier de la loi constitutionnelle n° 2016-10 du 05 avril 2016 portant révision de la Constitution (JORS, numéro spécial 6926 du 07 avril 2016, p. 505), article modifiant et remplaçant l’article 27.

« La durée du mandat du Président de la République est de cinq ans. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ».

N’avez- vous, pas remarqué que depuis 2012, les apéristes ont de réels soucis à respecter leurs promesses? Pendant la campagne présidentielle de 2012, à plusieurs reprises, le Pr Macky nous avait fait croire qu’il fera un mandat de cinq ans au lieu de sept ans. Il nous sort, qu’il est impossible de respecter cette promesse, qu’il est obligé de se fier à la constitution d’antant. Il est tenu de faire un mandat de sept ans.

Il nous avait promis de ne jamais nommer les membres de sa famille dans son gouvernement. Aujourd’hui, sa famille demeure aux rênes des postes les plus juteux (ministère, mairies entres autres positions de haute responsabilité.) Le scandale du pétrole est une parfaite illustration de la boulimie de sa famille. Son épouse dilapide l’argent du contribuable comme bon lui semble avec sa fondation «Servir le Sénégal». La majeure partie des bénéficiaires de sa fondation sont leurs affidés.

En sus de sa famille, d’autres dossiers sont là et illustrent la mal gouvernance de notre pays (COUD, ANPEJ, LA POSTE, PRODAC entre autres…)

Un État qui protège ses collaborateurs qui sont susceptibles d’être poursuivis en justice et qui utilise derrière des moyens peu recommandés pour briser ses potentiels adversaires. Nous nous rappelons des dossiers Karim Wade et Khalifa Ababacar Sall.

Une campagne électorale sert à présenter un programme économique social et institutionnel. Aviez-vous entendu une seule fois, pendant les campagnes électorales, le président Sall souligner la suppression du poste de premier ministre? Aviez-vous senti qu’il allait nous forcer la main pour nous imposer le parrainage?Etiez-vous avisés que les prix de l’électricité, de l’eau et des denrées de premières nécessités allaient flamber? Ne nous avait-il pas promis de baisser le prix du loyer? N’avait-il pas promis des maris aux femmes? Il nous a toujours berné, il ne nous dit jamais ce qu’il souhaite faire de nous exactement.

L’Assemblée Nationale est devenue sa caisse de résonnance … Des députés se permettent de dire à tout bout de champs qu’ils sont députés de Macky Sall et non du peuple. Je saisis l’occasion pour tendre la main à tous les partis politiques. Je leur demande de consacrer beaucoup plus de temps pour sensibiliser et expliquer aux sénégalais le rôle d’un député et d’être très pointilleux quand on les choisit.

Pour ne plus les considérer comme Philippe Bouvard “L’Assemblée nationale est une réunion de parlementaires auxquels le gouvernement ne demande plus leur avis que s’ils sont majoritairement d’accord.” Si nous ne prenons pas des précautions, ces gouvernants continueront à nous considérer comme des marionnettes. Ils continueront de choisir à notre place en se focalisant que sur leurs intérêts personnels.

Pourquoi le Sénégal, un pays dont l’économie est assujettie à l’import peut signer les APE? Parce que tout simplement; paraît-il, la dynastie FAYE SALL a une licence d’exploitation de cette structure de grande distribution Auchan.

Ainsi, avec la forte monnaie de leurs partenaires, elle achète (la dynastie) moins chers ailleurs et ne paie pas les taxes portuaires. Cette pratique tuera au fur et à mesure nos commerçants comme vous êtes en train de le constater.

Je pense que Dénis Diderot avait raison en soutenant que: «si la question de priorité de l’œuf sur la poule, ou de la poule sur l’œuf vous embrasse, c’est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu’ils sont à présent. Quelle folie! »

Ce régime est victime de cette confusion. C’est pour cela qu’au moment où nous avons des problèmes de santé avec des hôpitaux mal équipés, l’éducation à terre avec des écoles délabrées et des abris provisoires, l’Etat chante les louanges du TER( l’arnaque du siècle) et lance des projets pas prioritaires comme le BRT.

Ce régime a même des problèmes pour mener dans les meilleures conditions, ce qu’il a hérité de son prédécesseur. Comment pouvons-nous penser qu’il fera mieux? Même si les contextes économiques ont changé (découverte pétrole gaz et chute du coup du baril de pétrole).

Par ailleurs, malgré notre engagement aux institutions internationales, le president Macky Sall n’avait pas considéré la décision rendue par la Cedeao concernant la candidature de Khalifa Sall lors des dernières présidentielles.

Il n’a pas encore pris la décision de réviser le procès de Karim Wade même si la commission des droits de l’homme des Nations Unies a tranché dans ce sens en fixant même un ultimatum à l’Etat sénégalais.

Après tous ces errements, nous devons retenir qu’ une fois n’est pas coutume et que ceux qui ont fait des sorties pour dire qu’il était à son dernier mandat ont été expulsés de l’APR.

Ses lieutenants; qui avaient donné le nombre de participants (candidats) à l’élection présidentielle, ceux qui avaient donné le pourcentage exact des résultats des élections au soir du scrutin envahissent aujourd’hui les médias et soutiennent la possibilité d’un troisième mandat. Cela veut dire simplement qu’il va tenter le coup d’Etat institutionnel.

Pour ne pas se faire surprendre, chers frères et sœurs, le moment est venu de  définir une résistance face à cela.  Je peux pratiquement jurer qu’il va briguer un troisième mandat.

Mountaga Gangué à Paris

Cadre Libéral, Fédération PDS France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!