À l´Assemblée Nationale, en début d’après-midi ce mercredi 17 février, les députés libéraux ont préféré quitter l´hémicycle où ils devaient siéger dans une commission ad hoc pour statuer sur la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko accusé de viol par une masseuse. Toussaint Manga explique pourquoi ils ont boudé.

Toussaint Manga

« On a quitté parce qu’il y a vice de forme. Le procureur a porté plainte contre X et le juge d’instruction n’a pas posé d’acte contre X. Il n’a pas dit qui est X. Par conséquent, l’Assemblée nationale ne peut pas désigner Ousmane Sonko comme étant X ».
Ainsi donc, les libéraux estiment que tout acte posé de la part de l’Assemblée pour désigner Sonko comme étant X est un vice de forme. Le parlementaire rappelle que l’article 17 prévoit la mise en place d’une commission ad-hoc pour des faits bien déterminés. « Nous avons demandé à Moustapha Niass si X est un fait bien déterminé. X, c’est l’inconnu, on ne peut pas dire que c’est Sonko X ».

error: Content is protected !!