Le Royaume-Uni a demandé à ses ressortissants de se rendre à cet aéroport de Kaboul pour l’instant. Sur place, les évacuations se poursuivent à un rythme effréné, comme l’ont constaté les envoyés spéciaux de BFM TV, Jérémy Perret et Juan Palencia sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul.

  

Ce que l’on constate depuis leur arrivée à l’aéroport de Kaboul c’est que à la porte nord, c’est un flot incessant de réfugiés, pour la plupart des familles, avec des enfants en bas âge. Avec seulement un sac sur le dos, ils sont tous autour de la piste d’atterrissage.  

Dernièrement un avion néerlandais qui a recueilli des centaines de personnes et qui vont décoller très rapidement. Depuis qu’il est arrivé, cet avion n’a pas arrêté son moteur. Les journalistes témoignent voir un avion suédois de même qu’un avion néo-zélandais. Ce sont aussi là aussi des réfugiés qui attendent depuis au moins 1h au soleil, le temps d’embarquer dans un avion.  

Il y a aussi un autre avion Qatari, qui est prêt à les embarquer.  Il y a aussi des avions civils qui ont les portes ouvertes, dans le terminal civil sont au fond de cette aéroport de Kaboul. Tout ceci rappelle évidemment les scènes du dimanche dernier où il y avait des milliers de personnes sur   la piste de contrôle des Américains.  

La situation est évidemment extrêmement tendue, et les américains sont très vigilants. Il y a aussi des soldats italiens qui s’occupe du transfert de ces réfugiés afghans, quelque chose d’extrêmement bien réglé qui s’enchaînent, ici sur l’aéroport de Kaboul.  

error: Content is protected !!