Dans le contexte actuel connu entre l’Algérie et la France, faut-il comprendre comme une provocation les propos de l’ambassadeur d’Algérie en France ? Fini le statut de privilégié de la France de Macron ? Ça se gâte davantage entre les deux pays. 

Roxana Seshat 

Il est connu qu’en Afrique du Nord de nouveaux partenaires se lient en dehors de la France. Entre les deux pays, les relations se détériorent de plus en plus. “il est inadmissible que l’Algérie (…) ne puisse pas constituer un levier de commande pour intervenir non seulement dans la politique algérienne, mais aussi au niveau de la politique française”. Un ambassadeur tenir ce genre de propos fait réagir ; de quoi scandaliser certains français d’où l’urgence d’un dialogue de vérité entre les deux pays. Ces phrases sont jugées inacceptables d’autant plus que la diaspora algérienne et les français d’origines algérienne n’auraient rien demandé.  

Cependant, sans verser de l’huile sur le feu, il faut se rendre à l’évidence et se rendre compte qu’il existe quand même une nouvelle classe politique émergente en Algérie. Et, il est très clair que c’est la fin des années post Bouteflika. Tout cela va naturellement générer une nouvelle façon d’aborder les relations avec la France. Tout va désormais être différent de ce qui se faisait jusque-là.  

Il est inadmissible que l’Algérie (…) ne puisse pas constituer un levier de commande pour intervenir non seulement dans la politique algérienne, mais aussi au niveau de la politique française.

La grande question c’est aujourd’hui de savoir comment sortir de cette sorte crise qui fait que les relations se gâtent un plus à chaque fois. Car, l’Algérie n’est pas n’importe quel partenaire de la France, puisque incontournable pour la stabilité aussi de la région. L’Algérie occupe une place prépondérante dans la situation du Sahel.   

Également, la politique mémorielle d’Emmanuel Macron telle qu’il souhaite la mettre en œuvre poserait un certain nombre de problèmes aux algériens qui ont formulé des demandes spécifiques par rapport à des sujets précis mais qui ne semblent pas être prises en compte. 

En fait, ce qui est surtout mal digéré parce que mal compris et impopulaire, c’est la position du gouvernement français qui a durci du jour au lendemain les mesures par rapport à l’émigration en instituant une restriction des visas. 

Comment donc s’y prendre pour calmer le jeu ? Faut-il rappeler les ambassadeurs ou faut-il plutôt se focaliser sur ce qui rassemble les deux pays ? 

 

 

error: Content is protected !!