Covid-19 et situation des Sénégalais de l’Extérieur – Moïse Sarr incapable de donner des précisions

 Invité de l’émission Jakarlo bi sur la Tfm, Moïse Sarr a fait étalage de ses talents d’orateur mais avec un discours élagué des informations concernant personnes touchées par le covid-19. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires Etrangères chargé des sénégalais de l’Extérieur s’est caché derrière le « certificat de genre de mort » pour ne pas fournir des réponses précises à la question relative aux nombre de décès de sénégalais dans la diaspora. Ce qui n’est pas la moindre des ironies pour le chargé Sénégalais de l’Extérieur qu’il est et censé s’occuper et porter assistance aux fils du pays en dehors de nos frontières.

Par Rokia Pédro

Pas de  chiffres, pas de statistiques, en d’autres termes pas de réponse à la préoccupations majeure de la plupart des sénégalais de l’extérieur à savoir, combien de décès du Covid-19, donc de personnes à enterrer sur place. Plus sérieux encore, Moïse Sarr était incapable d’expliquer sur quelle base le gouvernement Sénégalais a estimé l’aide à la diaspora d’un montant de 12,5 milliards de francs CFA. Concernant le premier sujet, tous ces sénégalais rappelés à Dieu et qui seront enterrés dans leurs pays respectifs, -le contexte actuel servant de prétexte et le Sénégal ayant décidé de pas rapatrier leurs corps-, le secrétaire d’Etat chargé des sénégalais de l’Extérieur s’est contenté de répété les propos de son patron  de ministre des Affaires Etrangères Amadou Bâ. Il a clairement préféré ne pas donner de détails parce que le sujet était « sensible » et il alors s’est caché derrière; « on a demandé aux consuls généraux de faire en sorte qu’il y ait un certificat de genre de mort attesté par les médecins dans les pays respectifs« .
Avec près de 64 représentations dans le monde, Moïse Sarr n’arrive pas à avoir des chiffres exacts sur la situation en général des sénégalais dont il est censé s’occuper. Que du dilatoire dans sa prise de parole d’hier. Il se donne encore du temps avant de parler cash aux sénégalais. Au moins, de sa communication d’hier, l’on peut noter ou souligner deux choses :  qu’il n’existe pas une base de données fiables sur les sénégalais établis à l’extérieur et que le plus important semble être le partage de l’enveloppe dégagée et destinée à la diaspora.
Le principal, pour le secrétaire d’Etat chargé des Sénégalais de l’Extérieur c’était de bavarder sur le mécanisme de répartition de l’argent, sur comment identifier la cible de cette fameuse aide Covid-19 (les ambulants, vendeurs à la sauvette, les bloqués en zone de transit, les retraités dans les foyers etc) et évoquer, -selon ses mots-,  le côté imprévisible de la pandémie du Covid-19, un point sur lequel ils est revenu à maintes reprises d’ailleurs, comme pour ce dédouaner du pilotage à vue qu’il est en train de faire.

N’est-ce pas là un aveu d’incapacité de s’adapter, de réagir face à une urgence avec célérité ?  Bien entendu que rien d’étonnant, avec la manie que le gouvernement a de politiser toute situation. Déjà, au Sénégal, les ayants droit sont identifiés dans une certaine clientèle politique- du parti d’abord?- (au regard du tableau de répartition de l’aide alimentaire)  vue la liste (quota) par commune des ménages bénéficiaires de l’aide alimentaire liée aux effets de la pandémie du Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!