Désormais, on parle Afrique, dans la diaspora

Dernièrement, dans les réseaux sociaux et autres milieux d’échanges fréquentés par les intellectuels africains, le maître mot est « panafricanisme ». De part et d’autre, non cherche à s’organiser entre africains, de manière à faire sauter les barrières invisibles qui ont pendant trop longtemps retarder l’idéal qu’est Unité Africaine, la clé de la porte du développement ou de l’émergence du continent. Souffle un vent de rapprochement, de mutualisation des efforts…vers un idéal commun: Unité Africaine.

Par Last Leaks

« Ce qu’il y a de positif dans ce vent de panafricanisme qui souffle un peu partout dans la diaspora africaine et un peu partout dans sa jeunesse, c’est la prisse de conscience du rôle déterminant que chaque citoyen du continent peut jouer pour faire bouger les lignes ».

L’idée a germé et maintenant elle pousse et s’élargit à chaque cause, un peu plus. Le citoyen africain prend conscience que malgré les frontières- imposées par ma colonisation-, les problèmes auxquels font face les peuples de chaque état sont quasiment les mêmes. Ils se résument à la mal-gouvernance, l’inamovibilité des dirigeants (qui parviennent au pouvoir par la tricherie lors d’élections truquées en amont), mes détournements de deniers publics, la corruption… Ce qui engendre les conséquences conséquences que nuls n’ignorent : les nombreux fils d’Afrique migrant qui meurent en mer ou vivent dans tes tentes de fortune quand ils arrivent à destination en Europe.
Ce qu’il y a de positif dans ce vent de panafricanisme qui souffle un peu partout dans la diaspora africaine et un peu partout dans sa jeunesse, c’est la prisse de conscience du rôle déterminant que chaque citoyen du continent peut jouer pour faire bouger les lignes, et cela, en contournant les politiques et s’organisant eux même.
Évidemment, les opportunistes sont dans le lot, dissimulés parmi les panafricanistes, cherchant à tracer leur route. En effet, plusieurs organisations fantoches sont créées. Et, il apparaît clairement qu’elles cherchent toutes un moyen de mettre la main sur l’importante somme d’argent que mobilise chaque année la la diaspora. La vigilance sera alors de rigueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!