– OPINION –

Didier Drogba, président de la Fédération Ivoirienne de Football; c’est une chance pour ce sport dans notre pays. Parce que Drogba est une renommée mondiale et a un carnet d’adresses à faire pâlir de jalousie plusieurs présidents de la République. En principe tous les acteurs de ce sport en Cote d’Ivoire devraient lui céder le fauteuil avec enthousiasme et lui donner la possibilité de démontrer ce qu’il peut faire dans les trois années à venir.

David Foka

La notoriété de Didier Drogba reste un atout important pour attirer et des investisseurs et des sponsors pour sortir le football local de sa léthargie. Toutes les grandes marques du monde rêvent d’associer leur image à Drogba. Ne pas le reconnaître, c’est faire preuve de mauvaise foi. Ce qu’on attend aujourd’hui d’un dirigeant, c’est qu’il soit un bon manager et Drogba a les épaules nécessaires pour le job.

Mais le fait de ne pas avoir le soutien de plusieurs footballeurs est néanmoins fâcheux. Et, c’est à ce niveau que je pense qu’il a péché. Je ne suis pas ceux qui vont accabler Kalou, Ahmed Ouattara et les autres. Je pense qu’il y a un peu de vrai dans ce qu’ils disent et Drogba devrait quand même les approcher et continuer de parler avec eux même s’ils ont déjà choisi leur camp pour cette bataille. Ils ont besoin de se sentir considérés et pris en compte. Didier doit être psychologue sur ce coup et ne pas écouter ceux de son entourage qui lui conseillent de narguer les autres. Parce que lorsqu’il aura gagné, il aura besoin de rassembler tous les acteurs autour de son projet. Son humilité sera son plus grand atout dans cette bataille. Il est temps de mettre un coup de pied dans cette mafia qui sévit à la FIF depuis des années. Il faut renouveler tout le staff et si j’avais une voix, elle irait à Didier sans sourciller. Quant aux autres, qu’ils ne soient pas trop dans la surenchère. Qu’ils pensent d’abord au football avant de penser à leur personne.

By Rokia Pédro

Sans prétention aucune, j'ai toujours adoré faire part de mes coups de gueule, coup de cœur, de mes analyses, de mes mécontentements, de mes peurs ou craintes et de mes opinions aux autres. En tant que journaliste, blogueuse et activiste, comment ne plus m'impliquer dans ce qu'il se passe dans mon pays ? Alors, pour paraphraser Marguerite Duras: "Ecrire, c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit". A un moment donné, se taire c'est tout simplement être complice. Or, ma plume s'avère mon arme, avec elle j'espère donc, jouer ma partition dans cette vaste opération entreprise par tous les patriotes de mon si cher Sénégal, pour l'extirper de mains de ces politicards qui ne font que servir leurs propres intérêts. Sur Last Leaks, la parole est donnée aux experts dans leurs domaines respectifs: politique, économie, géopolitique, santé, sport... Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!