Crise en Afghanistan- Des propos de Macron indignent la Gauche  

Des personnalités de la Gauche française se disent indignés  des propos tenus par le président de la République Emmanuel Macron qui pris la parole hier à 20 heures pour se prononcer sur la situation en Afghanistan.  Ce sont surtout « les flux migratoires irréguliers importants » qui heurtent certaines sensibilités.  

 

La situation en Afghanistan risque de s’inviter dans la prochaine campagne présidentielle. Déjà certains propos de Macron ont fait réagir des personnalités de la gauche.  Macron à entre autre, déclaré : «  «La France fait et continuera de faire son devoir pour protéger celles et ceux qui sont les plus menacés (…) Mais l’Afghanistan aura aussi besoin dans les temps qui viennent de ses forces vives et l’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants qui mettrait en danger ceux qui les empruntent et nourrirait les trafics de toute nature. Nous porterons donc en lien avec la République fédérale d’Allemagne, – et je me suis entretenu il y a quelques instants à ce sujet avec la chancelière Merkel et avec d’autres états européens-, une initiative pour construire sans attendre, une réponse robuste coordonnée et unie qui passera par la lutte contre les flux irréguliers, la solidarité dans l’effort l’harmonisation des critères de protection et la mise en place de coopération avec les pays de transit et d’accueil. » 

Sur Twitter, le député européen EELV Yannick Jadot, candidat à la primaire écologiste pour la présidentielle de 2022, s’est dit  «sidéré d’écouter Emmanuel Macron déclarant que les femmes, les hommes et les enfants qui fuient l’enfer des Talibans sont d’abord une menace, des « migrants irréguliers » avant d’être des victimes et potentiellement des réfugiés». «Et l’asile ? Et ces enfants, ces femmes, ces hommes qui fuient l’horreur ?», a lancé le secrétaire national d’EELV Julien Bayou. «Macron fait honte à la France», a affirmé de son côté le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle, autre candidat pour la primaire.

«Comment rabougrir la France en une poignée de secondes» a dit le député de  La France Insoumise Adrien Quatennens. Et, leurs collégues Clémentine Autain et Eric Coquerel dénoncent une réponse «sordide». 

error: Content is protected !!