Gestion du Covid-19 – Cri de cœur d’une Sénégalaise travailleuse sociale de la Diaspora

Lettre ouverte au Ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de
l’Extérieur (MAESE) et au Président de la République (Par Lafleur Awa Pélagie DIOP)

Monsieur le Président Macky Sall tout part de votre message télévisé à la veille du 4 avril. En effet dans votre adresse à la Nation en riposte au CORONAVIRUS d’importantes mesures ont été annoncées se voulant rassurantes bien que j’émette des réserves sur leur applicabilité.Une en particulier en tant que travailleur social m’a interpellé. Vous aviez évoqué une aide financière à la diaspora dans le cadre de cette fameuse Pandémie du covid-19 avec instructions au ministère de tutelle de cette cible : – La MAESE : pour la mise en place d’une cellule de crise afin de coordonner le mécanisme de gestion de l’assistance et des aides sociales destinées à la lutte contre la pandémie du covid-19 à l’étranger.
-Instruction donnée à chaque juridiction de mettre en place un comité de gestion avec une définition des missions, la composition, les cibles prioritaires prédéfinies et documents à fournir.
A la lecture de la circulaire j’ai été choquée de la composition du comité voire même de la cellule de crise avec une non implication, ou une grande omission des Travailleurs Sociaux devant être les éléments cruciaux de cette cellule de crise. Est-ce une méconnaissance du Service Social travail, du rôle, de la place du Travailleur Social dans un tel dispositif ?Une ignorance de leur mission auprès de nos compatriotes ? Ou alors une volonté non avouée de les mettre à l’écart et mieux « justifier leur inutilité» dans ce ministère ou encore leur présence dans les missions diplomatiques et consulaires ? Je tiens à vous rappeler Excellence Mr le Président l’omniprésent et l’omnipotent de la République que nul n’est mieux placé que les Travailleurs Sociaux pour mener à bien cette cellule de crise. Ce qui est stipulé dans votre circulaire relève de leur compétence : enquête sociale, assistance, conseils, accompagnement, aides, soutien…
Aussi les social est une Science qu’on étudie et non un jeu du hasard ou de spéculation. Cette Science permet aux Travailleurs Sociaux de disposer d’outils d’analyses de diagnostic et de grilles d’intervention afin d’orienter, d’apporter l’aide appropriée» ; en clair, autant « ne devient pas Médecin qui ne veut » (quoique qu’il est apparu tout récemment une découverte spectaculaire :un faux Médecin pluridisciplinaire…), autant « ne devient pas Travailleur Social qui veut ». Je dirai :« lo ndiangul do ka tarii ».
Mais malheureusement votre théorie de « je suis le chef, je fais ce que je veux, quand je veux, où je veux et comme je sens » sans tenir compte des cris de détresse de ton peuple a pour conséquences la mal gouvernance l’encouragement de la délinquance financière au détriment du peuple. Ce peuple grâce à vous jouissiez de votre suprématie extrême. Pour conclure Mr le Président de la République je n’arrive pas à comprendre ce manque de considération des Travailleurs Sociaux dans notre pays, de surcroît avec son école de grande renommée où sont formés des Travailleurs Sociaux de nationalités diverses.
Tout consulat doit disposer d’un service social pour soutenir et accompagner ses ressortissants rencontrant des difficultés sociales. Or force est de constater que les rares postes d’assistants sociaux dans tous les consulats sénégalais sont occupés par des personnes au seuil de la retraite et leur départ de plus en plus remplacé par des Chanceliers n’ayant aucune notion du social.
Vous qui donniez tant l’impression d’être attaché à la DIASPORA, la question que je me pose : êtes-vous réellement conscient du désarroi des sénégalais de la DIASPORA pour la plupart sans repères d’un Consulat ou Ambassade sensé les protéger, les assister, les accompagner, quasi absent mais présent pour des personnes bien répertoriées. Ce n’est plus un secret pour personne, suivant l’étiquette politique du citoyen le traitement diffère, c’est dramatique dans la mesure où nous sommes tous des sénégalais.
La DIASPORA a besoin de bien plus que les malheureuses dizaines de pièces d’euros qui les reviendrait d’ailleurs de plein droit. La DIASPORA veut se sentir en sécurité. Ces milliards seront beaucoup plus utiles au Sénégal. Nous vous serions reconnaissants d’investir dans des structures sanitaires et sociales qui y font défaut dans, d’autant plus ce serait une minorité bien définie qui en bénéficiera ici.
Quelle est au sein de ce fameux comité la pertinence de la présence du Député de la diaspora (politique) qui ignore tout des problématiques du peuple de la DIASPORA ? Purement politique sans aucun doute. Aussi je serai curieuse de savoir quels sont les critères sur le choix de la personne ressource et surtout le choix de l’Association bien que la réponse paraisse évidente. Le Covid-19 n’est-il pas en train de se transformer en champ de politisation des actions sensées être purement naturelles pour se conformer à la mission sociale consulaire : l’Assistance ? Ces mêmes personnes qui avaient faim, soif hier restées longtemps invisibles, actuellement avec les projecteurs médiatiques du monde entier allumés sont devenues comme par enchantement visibles : Pour combien de temps ?

Lafleur Awa Pélagie DIOP
Travailleur social
Amazone d’Afrique
Membre de DIASPORA AK KHALIFA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!