Immigration clandestine – « L’Afrique doit avoir le courage de sectionner le cordon ombilical… »

Si les jeunes migrants africains, qui meurent dans l’atlantique et la méditerranée, mettez tous leurs efforts à contribution dans la lutte contre la mal gouvernance maladive de nos autorités étatiques et la corruption incorrigible de nos dirigeants, l’Afrique changerait de visage en un temps record.

Ibrahima Diémé

Il faut l’admettre. L’Occident ne peut pas accueillir toutes les misères de l’Afrique provoquées par l’incompétence, la gabegie et la corruption de ses dirigeants. Il est vrai que les populations ne font que suivre le mouvement de leurs ressources volées en Afrique par la complicité de nos Chefs d’États corrompus jusqu’à la moelle épinière, renégats et complètement assimilés.

Le moment est donc venu de changer de paradigme dans le choix optimal de nos dirigeants. L’Afrique a longtemps souffert de la traîtrise de ses nègres de maisons, ces pseudo dirigeants marionnettes que l’Occident se plaît à tirer sur les ficelles pour les manipuler comme bon leur semble au grand dam des populations. Il faut donc, à la tête de tous nos pays respectifs, placer des Présidents de la République éminemment patriotes dont le parcours se marie bien avec le discours.

Il est vrai que les populations ne font que suivre le mouvement de leurs ressources volées en Afrique par la complicité de nos Chefs d’États corrompus.

À mon sens, je reste persuadé qu’élire un nègre de maison à la tête d’un pays africain, c’est recommencer le long cycle malheureux de l’histoire, c’est décidément aussi livrer tout son peuple à l’esclavage et à la servitude volontaire. Nonobstant des malheurs liés à ce passé sombre du continent noir qui s’arcboute, en grande partie, sur l’esclavage et la colonisation, il faut reconnaître que tous les maux actuels, dont souffre l’Afrique, reposent sur l’assimilation volontaire ou inconsciente et surtout le formatage psychique de la plupart de ses dirigeants.

Aujourd’hui, face au profond désespoir qui touche les Africains à cause de la dégradation exponentielle de leurs conditions de vie, l’afro-pessimisme devient le sentiment le mieux partagé. Les Africains, en majorité les jeunes, préfèrent partir à la recherche de l’eldorado, donc ce paradis idyllique qui les empêche de goûter au bonheur. Ils perdent tout espoir d’un lendemain meilleur en Afrique.

Des voix autorisées doivent s’élever contre ce phénomène galopant et alerter contre ce danger latent qui menace sérieusement l’avenir de l’Afrique.

En revanche, même si nous comprenons les fondements légitimes de ces sentiments d’amertume, de désenchantement, de désillusion bien répandus chez les jeunes, nous ne devons pas, par ailleurs, encourager ces départs massifs de nos jeunes vers l’Occident. Des voix autorisées doivent s’élever contre ce phénomène galopant et alerter contre ce danger latent qui menace sérieusement l’avenir de l’Afrique. Il faut sensibiliser les jeunes, candidats à l’émigration, sur l’urgence de renoncer à ces périples suicidaires afin de rassembler toutes les forces vitales et les énergies positives qui nous éloignent de tout sentiment d’afro-pessimisme et arriver à bâtir une Afrique nouvelle en combattant toutes les dérives de nos autorités étatiques.

Oui, une nouvelle Afrique est possible. Cette Afrique, qui se bat tous les jours pour retrouver sa dignité perdue, sa souveraineté violée…

Oui, une nouvelle Afrique est possible. Cette Afrique, qui se bat tous les jours pour retrouver sa dignité perdue, sa souveraineté violée, se dessine sous nos yeux. Une jeunesse consciente et surtout ambitieuse se tient debout, prête à servir dignement et loyalement son peuple. Son principal challenge sera donc de réussir à couper le cordon ombilical qui nous lie malencontreusement avec cet Occident esclavagiste et impérialiste.

Que la révolution générationnelle Africaine s’installe partout en Afrique. Que la masse critique de citoyens, conscients des enjeux de l’heure, s’exprime partout en Afrique. L’heure du vrai changement a sonné en Afrique ! Le vent de la révolution souffle partout en Afrique.

Vivement pour une Afrique nouvelle, libre et souveraine !

Ibrahima DIEME, Chargé de communication CD Pastef Bignona et membre du Moncap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!