Les politiques et la coronavirus ; cohésion nationale pour freiner la propagation au virus Covid-19

Au Sénégal, les leaders politiques semblent avoir compris que l’heure est à la mobilisation autour de l’essentiel; une grande communication axée sur les mesures barrières pour ralentir voire freiner la propagation du virus Covid-19. Après le Pastef avec Ousmane Sonko qui a fait un discours emprunt d’une grande solennité, Rewmi avec Idrissa Seck qui a adressé un message écrit puis audio à tous les sénégalais surtout ceux de la diaspora, la cellule de communication de République des Valeurs  joue aussi sa partition à travers un communiqué que voici:

La Rédaction

CELLULE DE COMMUNICATION DE LA REPUBLIQUE DES VALEURS

« TOUS ENSEMBLE CONTRE LE CORONAVIRUS AU SÉNÉGAL

Le coronavirus est arrivé au Sénégal, il va faire beaucoup de dégâts comme dans tous les pays où il est arrivé. Nous devons nous préparer maintenant, avant d’être dépassés par les évènements. Nous devons regarder ce qu’il s’est passé dans les autres pays, et prendre de l’avance sur le virus.

1 . Premièrement nous devons TOUS adopter les gestes barrière DÈS MAINTENANT :
-Se laver les mains avec du savon plusieurs fois par jour
-Éviter les réunions de groupes
-Rester à une distance d’un mètre les uns des autres
-Éviter tout contact physique, serrage de main, embrassade, etc.
-Tousser et éternuer dans son coude ou dans un tissu
-Éviter de se toucher le visage
-Rester chez soi au maximum, éviter toute sortie superflue

Ces gestes sont contraignants, et peuvent aujourd’hui sembler ridicules mais CES GESTES VONT SAUVER DES VIES ! Il ne faut pas les prendre à la légère. Il faut prendre ces nouvelles habitudes dès aujourd’hui et demander à nos proches de les adopter.

Le coronavirus se transmet par la salive humaine. Lorsque nous parlons, lorsque nous soufflons, lorsque nous toussons, nous projetons des postillons de salive autour de nous. C’est à chacun de nous de faire en sorte que ces postillons n’atteignent pas les autres personnes ni les objets qui nous entourent.

2 . Deuxièmement nous devons anticiper la progression du virus :
Le virus va toucher beaucoup de monde, les personnes qui sont en bonne santé et bien nourries vont l’attraper sans le savoir, sans ressentir aucun symptôme. D’autres vont avoir une grippe passagère. Et les plus fragiles auront des problèmes respiratoires plus graves qu’il faudra soigner à l’hôpital, et parfois en service de réanimation.

Nos hôpitaux vont avoir besoin de moyens pour traiter les patients et pour protéger le personnel soignant. Il faudra plus de lits et plus de matériel de réanimation pour sauver les patients, et il faudra des gants, du gel désinfectant et des masques FFP2 en très grande quantité pour que les infirmiers et médecins puissent travailler sans être contaminés, et sans contaminer les autres.

Nous pourrions aussi avoir besoin de moyens pour subvenir aux besoins des plus fragiles, pour nourrir les enfants des parents malades, pour aider tout un chacun à se nourrir sainement afin de renforcer son système immunitaire.

Nous allons avoir besoin de moyens, et nous allons avoir besoin d’une grande solidarité au sein du pays.

Nous lançons donc un appel aujourd’hui à toutes les ONG présentes sur le sol sénégalais, et à toutes les organisations qui en ont les moyens, d’aider le Sénégal à traverser cette épreuve.

#Lacroixrouge – #CCFDterreSolidaire – #ActionContreLaFaim – #GRET – #PLAN – #ADTGERT – #HungerProject – #TOSTAN – #SaveTheChildren – #MédecinsSansFrontière – #AmnestyInternational – #Oxfam …

Nous invitons ces organisations à mettre en place dès que possible un appel aux dons à l’international afin d’endiguer le foyer du coronavirus du Sénégal, afin de réduire son impact sur la population du pays et par conséquent de ralentir sa propagation aux pays voisins.
Nous invitons ces organisations à imaginer une mobilisation commune pour sauver ces vies qui sont bientôt menacées.

En sus de ces organismes non gouvernementaux, nous exhortons les entreprises privées et publiques sénégalaises à mettre la main à la pâte. Il nous faut un sursaut national pour contrer cette crise au Sénégal et au-delà. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!