Mensonges au sommet de l’État

Pour exceller en politique ayez le courage de mentir avec aplomb, et assurez vous que la chaîne de transmission soit solide.

Maïmouna Mint Seydou Dia

La contre vérité cette faculté déconcertante de « dire ce qui n’est pas » et de nous faire avaler des couleuvres. Mais mentir implique aussi, d’avoir une longueur d’avance au sujet du dénouement, être capable de créer une reconstitution, afin de réussir son coup.

Essayer d’effacer l’existence d’un décret publié dans un journal officiel, pour éviter le réveil d’un peuple averti, est impossible à l’ère des réseaux sociaux. Cette énormité a été diffusée en masse sur Facebook et lui a donnée une allure de vérité.
Le plus curieux dans cette histoire est la façon dont le ministre conseiller a justifié la rémunération de l’ancienne présidente du CESE.

Cette désinvolture aurait dû nous édifier sur la suite des événements. Il n’estimait pas que la rémunération annoncée était exceptionnelle au vu des missions passées de la future bénéficiaire et souhaitait que son auditoire soit du même avis. Dans un pays où la majorité tire le diable par la queue, on ne peut pas énoncer des chiffres qui frisent l’indécence et passer de la pommade en nous invitant à oublier un décret inventé de toute pièce.

Que dire de ce fossé entre le naturel et l’artificiel, la réalité et la fiction, le concret et l’abstrait? La tromperie est devenue un art pour l’orateur qui a tout intérêt à dissimuler la vérité pour éviter le soulèvement populaire!

Vladimir Lénine nous disait que : « Plus le mensonge est gros, plus les gens y croiront. »

Afin de répondre à Sambou Sarr, qui taxait notre leader Ousmane Sonko d’irresponsable en martelant ceci : «La seule réponse qui prévaut à la lumière de ces éclairages : Le décret honorariat accordant les indemnités aux présidents du CESE, n’a jamais existé.
Toute idée contraire est le fruit d’une imagination fertile, mais ridicule et cocasse de son auteur ».

Après l’imposition des députés, Sonko s’attaque aux avantages de la caste au pouvoir, c’est la seule raison qui a poussé l’Etat à rétropédaler.

Le supposé démenti n’était qu’une contre communication face au tollé suscité par ce document qui a fuité. Tout travail mérite salaire, mais exposer ce genre de document était malvenu dans le contexte actuel. Ce débat rappelle que les rémunérations des personnes qui dirigent nos institutions sont tellement méconnues que leur simple découverte peut frustrer l’opinion publique. Rappelons que le peuple est souverain est qu’il est en droit de savoir à quoi sert l’argent du contribuable.

Enfin, Sonko demeurera jusqu’à nouvel ordre le défenseur de la transparence ainsi que de la justice fiscale. De ce fait sa conception de la politique rime avec vérité et éthique, raison pour laquelle il fait éclater au grand jour les irrégularités constatées au plus au sommet de l’Etat. Ce qui est scandaleux, c’est que l’avenir lui donne souvent raison, un visionnaire sans doute ou un devin qui sait!?

Maimouna Mint Saidou Dia
PASTEF Bordeaux

Mensonges au sommet de l’État

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!