Meurtre de George Flyod à Minneapolis – Nos vies comptent s’écrie une sénégalaise

Vivons ensemble comme des frères, ou nous finirons comme des fous », martelait le pasteur Martin Luther King prix Nobel de la paix. Elle est belle l’Amérique qui ôte la vie à un homme car son chèque est revenu « sans provisions ». Avec cette pandémie qui a mis à genou une économie de requins, la nouvelle tendance est l’oppression des couches modestes, des minorités, des marginaux. George Floyd interpellé pour un délit mineur a été refroidi froidement sous le genou d’un fou.

Maimouna Dia

Chaque vie compte mais l’afro-américain est la bonne poire. On va s’émouvoir sur les réseaux et passer à autre chose. Cet acte odieux qualifié d’homicide involontaire est une ultime insulte à l’intelligence des victimes de violences policières.

La population carcérale est composée de ces couches de la population qui rappellent que, l’Etat fédéral des possibles n’a pas brisé les chaînes de la traite des afro descendants. Nous sommes là pour le spectacle et le bling bling, on vous fait danser et manger. Les noirs américains brillent dans le show-business, le sport et l’entrepreneuriat mais sont perçus comme des délinquants notoires pour certains petits esprits.

Le sixième commandement n’est pas “tu ne tueras point”, mais “tu ne commettras pas de meurtre” » qui est en contradiction avec le deuxième amendement: « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes, ne sera pas transgressé».Ceux qui ont légiféré pour plus de liberté et de sécurité ont réservés ces droits à une catégorie de personnes. Ce grand ensemble qui refuse d’abolir la peine de mort et qui autorise le port d’arme nous démontre que seule la loi du talion est applicable. Inutile d’embraser le pays pour protester contre un bandit en uniforme, prenons notre destin en main et empêchons les de nuire.

La vidéo a fait le tour du monde, car au lieu de s’interposer et risquer de se faire coffrer pour outrage à agent, on n’a pas voulu prendre de risque. Les forces du désordre n’auraient pas martyrisé une foule en colère! La rue était bondée par les bardots et seule une rébellion générale aurait pu faire cesser ces agissements inhumains. On regarde et filme pour dénoncer mais est ce que c’est la meilleure chose à faire, quand on fait face à l’agonie de son prochain. Cela nous interpelle sur le voyeurisme qui nous habite et on se scandalise a posteriori sans poser des actes au moment voulu.

Ils n’étancheront pas cette soif de voir le sang couler en s’abreuvant à la fontaine de la haine de l’autre. Seules la fraternité humaine et l’équité dans le traitement garantiront la coexistence pacifique des peuples. Que la paix soit dans les cœurs, l’humanité s’égare car le mépris de son prochain ne sortira aucun peuple de la misère. Le peuple noir restera le bouc émissaire tant que notre indignation n’aura pas le retentissement adéquat et les injustices banalisées. Soignez vos maux, vous ne nous effacerez pas, laissez nous respirer !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!