Pourquoi Thierno Alassane Sall fait-il si peur au Macky?

Il se démarque de plus en plus de cette catégorie de politiques, adeptes des discours illusionnistes et partisans de moindres contributions à l’émergence d’une nation.

Muhammad Ciss


L’ex ministre Thierno Alassane SALL n’est plus à présenter dans l’existence politique sénégalaise. Il a fini de prouver son mérite de figurer dans le top 5 des leaders politiques présidentiables au Sénégal.
Celui qui s’est érigé en illustre défenseur des intérêts de la nation, continue de verser dans les nobles luttes de recouvrement des biens communs, gages de critères déterminant la souveraineté d’un pays.
De sa démission du poste de ministre à son nouveau statut de président de parti, M SALL se distingue davantage par ses positions, opposant à toute pratique complotiste, infectant de surcroît l’intégrité de la nation.
Le 02 Mai 2017, fit ce jour où il fallait pour Thierno SALL, choisir entre le renoncement aux vraies valeurs, récompensé d’une vie paradisiaque et la longue bataille pour la souveraineté et l’intégrité de toute une nation.
Ainsi, son choix a finalement porté sur cette rude aventure panafricaniste de recouvrement des libertés citoyennes et des valeurs républicaines d’une nation au détriment de plusieurs baluchons à milliards.
Aux sénégalais de comprendre maintenant que cet homme n’en était pas à sa toute première épreuve, avant celle ayant conduit à sa démission.
En effet M Thierno Alassane SALL s’était opposé à la ratification du contrat sur l’autoroute à péage tronçon Diamniadio AIBD surfacturée à 5,5 milliards le kilomètre, soit 5,5 millions le mètre..
Nommé directeur de l’ARTP, ce monsieur avait fait diminuer son salaire et sa dotation en carburant auprès du président de la république avant de renoncer au logement de fonction sis aux Almadies.
Et bien avant son ultime acte opposant l’octroi du bloc pétrolier de Rufisque offshore à la firme française TOTAL (classée cinquième parmi les mieux offrants), le ministre de l’énergie d’alors, Thierno SALL avait arraché un permis d’exploitation des mains de Franc Timis pour non respect des clauses entre contractants.
Maintenant, à la tête d’un parti de l’opposition qui se trouve comme principal objectif la restauration des valeurs républicaines, M SALL continue de dénoncer les malversations du régime de Macky SALL.
Quoi de plus juste que son opposition à ce ‹‹déshonorariat›› issu de la boite noire à décrets cachés de tout soupçon du peuple, sous le nom de ‹‹ secret d’État ›› et qui semble récompenser une clientèle politique, des millions de francs du contribuable versés à des particuliers, alliés politiques, ou cercle d’amis dans un pays où les urgences s’accumulent, avec les taux élevés de chômage des jeunes et de famine en zone rurale?
Pendant ce temps, ce régime continue scrupuleusement de financer des caprices politiciens.
Voilà pourquoi certains analystes expliquent une stratégie du régime en place de noyer les agissements politiques de Thierno Alassane SALL.
Un arsenal de veille médiatique, déployé dans l’unique but d’empêcher l’émergence du leader et de son parti est constaté depuis son départ du gouvernement.
Macky aurait-il peur du syndrome de retour en force d’un ex lieutenant ?
Se taire de tout ce qui est lié à TAS, semble être leur seule stratégie.
Pourquoi un tel mot d’ordre de leur coalition?
Leur plan semble capoté puisque le président de la République des Valeurs vient de se faire une place de luxe dans le cœur des sénégalais parceque ces derniers ayant compris que Thierno Alassane SALL n’est ni animé par une compromission encore moins par un accaparement des richesses du peuple.
C’est pour cela que son seul souhait reste et demeure une véritable République des Valeurs.

Muhammad Ciss, résidant en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!