Racisme envers les africains noirs en Chine – « Tout les africains le vivent ; même nous les diplomates en sommes victimes. »

Sur la toile, les vidéos, photos et témoignages des africains noirs victimes de racisme en Chine ont suscité de l’émoi dans la diaspora. Concernant les Sénégalais, évidemment, tous les regards se sont alors tournés vers la représentation diplomatique. Qu’est-ce qui a été fait ? Est-ce que les Sénégalais sont assistés dans la dure situation qu’ils vivent actuellement ? Le consul général du Sénégal en Chine, Mouhamadou El Bachir Diack est l’invité de la rubrique Trois Questions à … « 

Last Leaks

Last Leaks – Comment décrivez- vous la situation des noirs en général et des Sénégalais en particulier avec ce racisme nouveau en Chine ?

Mouhamadou El Bachir Diack – Je commence d’abord par faire la genèse de la situation. Nous sommes à Guangzhou qui est la capitale de la province de Guangdong. Le Covid-19 est apparu à Wuhan dans la province de Hubei depuis le mois de décembre. Par la suite il s’est répandu dans tout le pays. Guangdong est la deuxième province la plus touchée de Chine après celle de Hubei. L’apparition du virus a coïncidé, avec le nouvel an chinois. C’est une période où d’habitude, beaucoup d’africains partent en vacances. Ce qui fait qu’il est possible de rester près d’un mois sans activités. Donc, le confinement n’était pas obligatoire, mais néanmoins il fallait respecter les mesures recommandées d’où un confinement volontaire, le port du masque…Tout le monde s’y est mis à tel enseigne qu’à un moment donné, les autorités sanitaires chinoises ont pensé avoir freiné la propagation du virus.

Par contre au retour des vacances, il a été noté des cas importés. Les consuls généraux, ont alors reçu une note officielle du gouvernement provincial qui faisait état de ces importés et que par conséquent, les autorités décidaient de mettre en quatorzaine toutes les personnes qui sont rentrées dans la province par l’aéroport de Guangzhou, y compris les diplomates. Cela leur permettait d’effectuer des tests sur tout le monde. A la suite de quoi, les testés positifs seront retenus. C’est ce qui avait été mentionné dans la note officielle. Mais quelques jours plus tard, nous avons noté que dans l’application de cette mesure, les africains étaient principalement visés. C’est ce que nous avons constaté sur le terrain et en plus, cela se faisait de façon brutale; faire irruption chez les africains, à des heures tardives, les brutaliser avant de les mettre par force en quarantaine. Ils ont embarqué tout le monde sans exception, même ceux qui sont restés un an sans quitter le territoire. Les uns étaient conduits de force à l’hôtel, d’autres délogés de leurs appartements et les autres laissés chez eux mais sous une surveillance très stricte.

A ce jour, nous avons dénombré 74 sénégalais qui étaient mis en quarantaine forcée. Et, nous avons noté un traitement discriminatoire à l’égard des africains dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la recrudescence de cette maladie. C’est une réalité que personne ne peur nier.

Last Leaks – Finalement et heureusement, il n’y a pas eu de cas positifs. Mais quelle a été la réaction de vos supérieures hiérarchiques ?

Mouhamadou El Bachir Diack – D’abord, il faut savoir que parmi les 84 représentations diplomatiques en Chine, nous sommes onze pays africains. Nous avons alors formé ce que l’on appelle le groupe africain. La doyenne est la consule générale du Mali. Donc, nous nous sommes réunis en urgence, pour déterminer quelle stratégie adopter. Nous avons alors rédigé un mémorandum à remettre aux Affaires Étrangères provinciales où nous avons souligné tous les problèmes auxquels sont confrontés les africains et où nous avons soulevé toutes les questions relatives à leur situation. C’est en pleine réunion, que nous avons reçu une note qui disait que les autorités chinoises voulaient nous rencontrer (ndlr les consuls généraux africains) le lendemain. En amont, nous avons déjà rédigé le document et identifier tous les problèmes, à savoir la discrimination envers les africains, la méthode brutale utilisée et pourquoi avoir mis par force les africains en quarantaine dans les hôtels et exiger en plus, qu’ils paient leurs séjours.

« Nous condamnons cette situation et nous luttons violemment verbalement contre cela. Nous avons laissé de coté le ton diplomatique pour leur tenir un langage de vérité; cette situation ne peut pas continuer. »

Lors de la réunion avec les autorités chinoises, ces dernières ont essayé de nous expliquer les raisons des mesures qu’elles ont prises. Elles ont déclaré que cela concernait tout le monde notamment les chinois ainsi que d’autres nationalités. Or, sur le terrain, ce que nous avons constaté, c’est qu’il ne s’agissait que des africains noirs. Nous leur avons fait comprendre que nous étions autant concernés qu’elles par la lutte contre cette pandémie qui n’épargne personne. N’empêche, nous déplorons la manière et le traitement discriminatoire à l’égard des africains. Après de dures négociations, elles sont revenues sur leurs décisions de faire payer les frais d’hôtel aux africains, d’arrêter de leur donner une nourriture de mauvaise qualité… Au bout de 5 à 7 jours, certains qui ont été mis en quarantaine ont été libérés. À l’heure où je vous parle, parmi les 74 sénégalais mis en quatorzaine il ne reste que sept ou huit personnes encore retenues. Ce sont des cas contacts. Les conditions se sont améliorées.

Last Leaks – Quelle a été la réaction de vos supérieurs hiérarchiques ou que peut faire la diplomatie dans une situation pareille ?

Mouhamadou El Bachir Diack – Naturellement, en tant que diplomates, consuls généraux, nous rendons compte quotidiennement à nos autorités. Maintenant ce que les autorités décident en haut lieu, je ne peux pas le dire. En tout cas nous avons remarqué que la situation s’est améliorée. Nous tenons des réunions quotidiennes avec le gouverneur ou le vice gouverneur de la province pour poser les problèmes et essayer de les résoudre au cas par cas. Chaque consulat général est en rapport avec un point focal au niveau des Affaires Étrangères. Concernant les sénégalais, nous sommes en contact permanent dans un groupe whatsapp dédié où il y a un représentant du consulat pour suivre la situation. Et à notre niveau nous faisons remonter l’information.

« Ils sont allés jusqu’à interdire aux noirs africains l’accès aux supermarchés, magasins et autres lieux publics. Les taxis ne prennent pas les noirs, les bus non plus et c’est pareil pour le métro. »

Seulement, jusqu’à présent subsistent des craintes. Car, dans l’esprit de la population chinoise, ce sont les africains qui ont ont ramené le virus. Cela a créé un sentiment de peur et de méfiance, de racisme. Tout les africains le vivent; même nous les diplomates en sommes victimes. Quand tu montes dans un ascenseur, ils (ndlr les chinois) refusent de rentrer, ou ils ne laissent pas y accéder. Dans la rue ils fuient les noirs. Ils sont allés jusqu’à interdire aux noirs africains l’accès aux supermarchés, magasins et autres lieux publics. Les taxis ne prennent pas les noirs, les bus non plus et c’est pareil pour le métro. Nous condamnons cette situation et nous luttons violemment verbalement contre cela. Nous avons laissé de coté le ton diplomatique pour leur tenir un langage de vérité; cette situation ne peut pas continuer. Les sénégalais ont encore peur. Ceux qui étaient sortis de leurs appartements sont menacés par les propriétaires qui déclarent qu’ils ne leur permettront pas de revenir. C’est cela la situation actuelle. Et, nous faisons de tout notre possible pour la gérer. S’il y a des mesures à prendre, nous les prendrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!