2 minutes

En Afghanistan, la situation des journalistes se dégradent de jour en jour. Les talibans qui ont pris le pouvoir imposent de nouvelles restrictions aux journaliste et aux médias. Ils procèdent à de nombreuses arrestations des journalistes de manière arbitraires. Dernièrement, le 28 mars lors d’une rafle dans quatre stations de radio Kandahar, ont  été arrêtés six  journalistes sous le prétexte de la diffusion de musique, interdite dans le pays. 

Last Leaks

Le ministère de l’Information et de la Culture a publié un  décret le 28 mars dernier interdisant la rediffusion du journal télévisé de plusieurs médias internationaux dans les langues locales.  Reporter Sans Frontière informe avoir contacté l’un des porte-paroles du ministère qui a justifié cette décision par: “le problème vestimentaire des présentatrices femmes de ces médias, suite à plusieurs avertissements”.

 

Un  décret le 28 mars dernier interdisant la rediffusion du journal télévisé de plusieurs médias internationaux dans les langues locales. 

 

Par ailleurs, RSF, dans un courrier en date du 11 avril 2022,  a demandé au nouveau Rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Afghanistan, Richard Bennett, d’agir d’urgence pour défendre les journalistes locaux afghans.

Il faut rappeler que depuis l’arrivée des talibans au pouvoir, il est dénombré plus de cinquante professionnels des médias arrêtés en Afghanistan. Les Istikhbarat qui sont les agents des services de renseignement ont la latitude désormais interdire  des émissions de faire des descentes dans les locaux des rédactions pour arrêter des journalistes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.