Sénégal- La centrale à charbon de Sendou lâchée par son principal sous-traitant

Alors que les contestations n’ont jamais cessé contre la centrale de Sendou, le journal Afrique Intelligence, nous informe que la Compagnie d’électricité du Sénégal (Ces) serait à l’agonie en raison de nombreuses défaillances techniques, des difficultés finan­cières et des conflits entre ac­tion­naires.

Par Abubaker Bengelloun, Président du C25Aboubakr Bengelloun
Président du Collectif Citoyen Article 25 qui oeuvre pour la sauvegarde et la défense de nos ressources naturelles du Sénégal

« Faute d’argent, le sous-traitant sénégalais Maor Technologies n’intervient plus depuis cinq mois dans la centrale opérée par la Compagnie d’électricité du Sénégal … »

Clap de fin de la décision irresponsable de l’Etat du Sénégal sur la construction d’une centrale à charbon à Bargny non pertinente en rapport avec le coût des énergies renouvelables de plus en plus accessible avec plusieurs avantages pour nos populations.

L’entêtement du régime de Macky Sall a vouloir combler le déficit énergétique du Sénégal par une centrale à charbon, dont on sait qu’elle est une source considérable de pollution à 300m des populations de la ville côtière de Bargny !

L’infrastructure de la centrale à charbon de sendou

  • Met à nu, les engagements de Tartuffe du gouvernement du Sénégal dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat, consistant à augmenter la part du renouvelable.

-aura impacté une population déjà exposée à la pollution de la Société de commercialisation de ciment (Sococim) présente dans la ville voisine de Rufisque.
Les femmes de la commune de Sendou n’ont cessé de s’insurger contre l’entassement des déchets toxiques en provenance de la centrale, la raréfaction des res­sources halieutiques, la pollution de l’eau de surface et de mer, les problèmes de relogement et des risques sanitaires auxquels elles sont exposées entre autres.

On se dirige enfin vers la fermeture d’une centrale tant décriée et controversée.

Au même moment là Banque africaine de développement -BAD- un des bailleurs de la centrale de Bargny, a ENFIN annoncé qu’elle ne financera plus les centrales à charbon sur le continent, mais plutôt qu’elle compte construire la «plus grande zone d’énergie solaire de la planète» dans le Sahel.

Il est temps d’envoyer un message fort à nos dirigeants ACTUELS et à VENIR, aux institutions financières que l’Afrique n’a pas besoin de combustibles fossiles pour satisfaire sa demande en énergie et accroître sa capacité énergétique.
Elle doit plutôt se tourner vers les énergies solaires, éoliennes … qui lui tendent la main.

Alors que le reste du monde redouble d’effort pour se débarrasser des centrales à charbon, nous ne devons plus accepter

  • que nos vies, nos économies, nos écosystèmes et nos ressources soient mis en danger sans réagir.
  • d’être la décharge d’une industrie charbonnierre en voie de disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!