Covid-19 – Sonko au Palais; le leader du Pastef serait-il politiquement infecté?

Décidément le Sénégal est un cosmos à part dans la galaxie de la voie lâchée dont notre univers est le nom. Voudrait-on assimiler nos politiciens aux comiques que l’on ne s’y prendrait pas mieux. Ainsi opposition radicale et président traître peuvent en arriver à se donner le change, dans ce qui semble à un sursaut d’orgueil national pour exterminer l’ennemi en commun : Covid-19. Se chercherait-on une amulette, un bain mystique, une prière salutaire pour la concorde et l’unité nationale, que le Covid-19, derrière la furie qu’elle cristallise, nous surprend par ses atours mirifiques de la Déesse Eiréné, déesse de la paix née de l’union entre Zeus et Themis.

Par Aguibou Diallo

Dans le même élan, Macky, l’artificier de la discorde nationale, le flibustier et zouave des impérialistes, devrait une fière chandelle à ce satané virus. Tout noyé qu’il fût dans un océan de disgrâce, au point que toute initiative en faveur de l’apaisement, fût-ce de bonne foi, semblait l’enfoncer davantage dans les fonds marécageux de sa politique, jugée putride.

Et voilà que surgit le sieur Sonko, en fin de compte, chevalier blanc sans monture, qui il y’a peu ne lui reconnaissait (ndlr Macky Sall ) ni la légitimité, ni la légalité de sa réélection, s’en trouve fondé à le lui sanctifier. Oui la guerre contre ce satané virus, c’est à ce prix là.

Le Covid-19 aurait il rendu Macky plus humain, moins fourbe et davantage fédérateur ? Voudrait-on surfer sur les éléments de langage, de type guerrier, pour nous entourlouper à propos des passifs de la gouvernance de Macky, dont l’une des conséquence est l’indigence du plateau médical et autres laboratoires séro-virologiques, si tant est que ces structures existent au Sénégal ?

Sonko, en surfant dans le sens de cette logomachie d’unité nationale, un tantinet de slogan mâché et re‐gurgité par des illuminés des réseaux sociaux, et dont on sait pertinemment et socio-anthropologiquement impossible, au regard des schismes qui caractérisent la société et le peuple sénégalais, pour répondre à cette convocation du président autoproclamé, vient de raccrocher un galon sur son épaule : politicien fourbe et manipulateur.

Sauf à être naïf, rien, et ce n’est surtout pas le Covid-19 qui fera retrouver à Macky un élan de générosité et de flexibilité en faveur d’un dialogue constructif et dépouillé de toute velléité politicienne. Cette inclination est au dessus de sa conscience morale. L’homme s’est vampirisé par son appétence pour la division, le chantage et la perfidie. Ce sont là le squelette, la chair et le sang de son corpus politiste.

Alors, répondre à sa convocation, surtout venant d’un opposant supposé radical, -loin de faire gagner la supposée guerre contre ce virus, à dire vrai épiphénoménal, à la lumière des causes de mortalité qui déciment l’humanité, à accepter de rentrer dans les rangs derrière le commandant en chef, aux pieds nickelés et aux bras de manchot-,fait tomber comme un  château de cartes tout le corpus idéologiques qui a jusqu’ici distingué le Pastef des politiciens traditionnels.
D’autant que cette convocation est consécutive à une série de mesures prises dans l’insularité de sa fonction usurpée et illégitime de président. Désormais, Sonko n’a plus aucune excuse de décliner les invites à lui adressées pour participer aux deal-logues politiciens dont Macky est le seul à
disposer du secret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!