L’affaire des tests du vaccin BCG sur la population africaine continue de soulever un tollé auprès de la diaspora. Parmi les nombreuses réactions et indignations, celle de David Foka, ministre de l’Intérieur chargé de la Diaspora de la 6ème région d’Afrique. Il indexe certains chefs d’Etats africains d’être faibles et manipulables en acceptant ce vaccin et dans la foulée, accuse les médias Jeune Afrique et Rfi de jouer le jeu …

Last Laks

« Ceux des auditeurs qui ont suivi ce matin à 8h45mns Rfi, ont écouté le panorama des articles de la semaine dans Jeune Afrique, présenté par le directeur de la rédaction de cet hebdomadaire, François Soudan, dans un échange avec Norbert Navarro. Qu’a dit ce journaliste en substance? 
«Les dirigeants africains doivent communiquer abondamment auprès des populations pour qu’elles comprennent»  » dira David Foka, visiblement choqué par les propos entendus sur Rfi, avant de poursuivre; « sous-entendu: que les Africains comprennent que ce vaccin est nécessaire, qu’il doit être testé quelque part, pourquoi pas sur eux ?

Selon le ministre de l’Intérieur de la 6ème région d’Afrique,  deux types de personnes participe à la propagande de ces vaccins ; « deux catégories de personnes sont utilisées pour faire passer cette pilule: les chefs d’Etat fragiles et manipulables et certains médias. »

David Foka, Ministre de l’Intérieur de la 6ème Région d’Afrique, chargé de la Diapora

Deux catégories de personnes sont utilisées pour faire passer cette pilule: les chefs d’Etat fragiles et manipulables et certains médias.

« Quand Nicolas Sarkozy parle de la nécessité de «réguler la population mondiale», il traduit en terme soft, le plan diabolique du maléfique groupe Bilderberg. Ce club de 130 Occidentaux qui dirigent le monde, estiment qu’il faut diminuer la population mondiale de 90%. Les Africains sont les premiers visés. Comme la guerre est trop brutale, il faut atteindre cet cet objectif par d’autres moyens. Il n’est pas surprenant que, de part leur pénétration sur le continent, Rfi et JA fassent partie des médias retenus pour influencer les Africains à accepter le vaccin ».

Pour conclure, il rappelle et avertit; « ce qui était faisable hier, ne l’est plus entièrement aujourd’hui. Ce vaccin, les populations africaines n’en voudront pas ! Si un dirigeant tente de l’imposer à sa population pour faire plaisir aux Occidentaux, il le ferait à ses dépens ; la diaspora africaine déjà bien organisée sera à ses trousses ».

By Rokia Pédro

Sans prétention aucune, j'ai toujours adoré faire part de mes coups de gueule, coup de cœur, de mes analyses, de mes mécontentements, de mes peurs ou craintes et de mes opinions aux autres. En tant que journaliste, blogueuse et activiste, comment ne plus m'impliquer dans ce qu'il se passe dans mon pays ? Alors, pour paraphraser Marguerite Duras: "Ecrire, c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit". A un moment donné, se taire c'est tout simplement être complice. Or, ma plume s'avère mon arme, avec elle j'espère donc, jouer ma partition dans cette vaste opération entreprise par tous les patriotes de mon si cher Sénégal, pour l'extirper de mains de ces politicards qui ne font que servir leurs propres intérêts. Sur Last Leaks, la parole est donnée aux experts dans leurs domaines respectifs: politique, économie, géopolitique, santé, sport... Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!