Une professionnelle de l’Assurance vous parle – « Sénégalais de la diaspora, souscrivez… »

La santé n’a pas de prix, tâchons d’avoir une vie saine et la plus paisible possible. Quand vient la maladie, on se rend compte de la fragilité de l’être humain.

Maïmouna Dia 

Certains sont à l’étranger et disposent d’un plateau médical très efficace quelque soit leur niveau de revenus, ils seront pris en charge sans être ruinés. Je pense à ceux qui sont exclus de ce système de santé et qui décèdent faute de moyens, ou parce qu’on a tardé a trouver le remède.

J’invite ceux qui le peuvent à souscrire aux mutuelles, assurances ou complémentaires santé avant la maladie. Sachez que grace a certaines législations, même les personnes souffrant d’affection chroniques peuvent prétendre à une couverture médicale.

Renseignez vous et mettez vous à l’abri, une bonne prévoyance peut alléger la peine de vos proches. Optez pour une couverture complète qui englobe accident et maladie. Mourir hors de chez soi a un coût exorbitant, donc n’oubliez pas la garantie obsèques. J’ai vu beaucoup de personnes décédées, se faire incinérer, leurs proches n’avaient pas la possibilité de réclamer leur corps.

Lorsqu’un emprunt est contracté, veillez à vous prémunir contre la maladie le chômage l’invalidité et le décès. En occident, ces pratiques sont ancrées dans les moeurs. Je m’adresse surtout aux sénégalais vivant au pays et les ressortissants de la diaspora.

La prévoyance est un réel investissement, car tôt ou tard elle viendra prendre le relais, quand nous ne seront plus en capacité de le faire. Ne soyons pas superstitieux, ni égoïstes, car beaucoup de familles se retrouvent ruinées suite à la maladie d’un proche.

Dans les garanties proposées, certains services sont inclus, comme l’aide ménagère ou la garde d’enfants. La maladie peut être synonyme d’isolement et ça n’arrive pas qu’aux autres.

Rien n’est pire que savoir qu’un proche est malade et ne pas pouvoir le sauver, donc j’insiste sur l’importance de se prémunir contre le risque santé, décès, invalidité, accident. Parlez en autour de vous, et comparez les produits d’assurances.

Organismes d’assurances, soyez de bons conseillers et parlez des couvertures que vous commercialisez. État du Sénégal, invitez les organismes sociaux à sensibiliser la population sur ces sujets. Nous ne pouvons émerger, sans un système sanitaire conforme qui est prêt à assurer le minimum vital à sa population.

Corps médical, dénoncez vos conditions de travail et reclamez le matériel adéquat. Chefs de clinique ou de services hospitaliers, n’hésitez pas à constituer des associations, afin de renforcer les dispensaires ou maisons médicales, qui peinent à se développer dans le monde rural. Votre profession est noble, vous êtes en droit de lutter contre la désertification médicale.

Le sujet est vaste, mais il était urgent de l’aborder. Sans vouloir être partisane, si l’on est objectif, il n’est pas normal de rester muet, quand on sait que les hôpitaux deviennent des mouroirs. Le tourisme médical n’étant pas à la portée des familles modestes, quelles sont les alternatives proposées par cette fameuse couverture maladie universelle dont on entend parler?

Je reste convaincue, que nous avons des spécialistes dans chaque domaine, comment peuvent ils travailler ensemble, pour remédier a cette catastrophe sanitaire. Notre pays n’est pas le pire, mais essayons d’améliorer la situation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!