À Madagascar, l’évaluation des besoins dans les zones touchées par le cyclone Batsirai fait état de dégâts considérables. Handicap International prévoit la distribution de produits de première nécessité à ceux qui ont tout perdu.

En soutien à Handicap International 

Les chiffres révélant l’ampleur de l’impact du cyclone Batsirai à Madgascar continuent de grimper. En effet, les autorités malgaches et leurs partenaires n’ont pas encore achevé l’évaluation de la situation dans les régions sinistrées.

Depuis le dimanche 6 février, une équipe de Handicap International composée de 18 personnes évalue les besoins dans la région d’Atsinanana.

« On commence à peine à prendre la mesure de l’impact du cyclone », explique Vincent Dalonneau, directeur de Handicap International à Madagascar.

Il poursuit : « Il y a tellement de maisons détruites et inondées. Les hôpitaux et les écoles ont été malheureusement fortement endommagés. Plus de 1 200 salles de classe ont été détruites et 60 établissements de santé ont été détériorés. Beaucoup de personnes ont perdu leur maison, les enfants n’ont plus d’école et les routes principales sont bloquées, ce qui rend l’accès à ces régions particulièrement difficile. De plus, on ne connaît pas encore la situation dans les zones les plus isolées. On s’attend donc à ce que ces chiffres augmentent à mesure que les évaluations se poursuivent ».

Les sources officielles font à ce jour état de 80 victimes, de près de 7 500 maisons détruites et de plus de 112 000 personnes touchées par le cyclone. Plus de 60 000 personnes avaient été mises à l’abri de la tempête dans des hébergements sûrs. Elles retournent progressivement chez elles mais beaucoup retrouvent leur maison écroulée, inondée ou abîmée.

Distribution de produits de première urgence

« Les habitants quittent peu à peu les abris sécurisés, mais ils ont tout perdu. Il s’agit de personnes très vulnérables face à la pauvreté. La perte de leurs biens peut avoir des conséquences dramatiques à long terme. Elles ne peuvent par exemple plus cuisiner de plats chauds pour leur famille ou se laver après avoir marché dans des lieux inondés remplis d’eau sale », raconte le directeur de Handicap International sur place.

Handicap International va distribuer des centaines de kits d’urgence dans les régions les plus touchées, incluant notamment des ustensiles de cuisine, ainsi que des kits avec des produits de base, dont des couvertures.
Afin de renforcer les actions d’hygiène et d’empêcher la propagation de maladies liées à l’eau, nos équipes vont également distribuer aux familles les plus vulnérables des produits d’hygiène tels que du savon, du dentifrice, du désinfectant et des filtres à eau. Des kits de prévention contre le Covid-19 (masques, gel, etc.) seront également fournis pour aider les personnes vivant dans des hébergements surchargés à se protéger contre la pandémie.
Soutenir les personnes les plus vulnérables
Handicap International va maintenir une présence d’urgence à Mahanoro tout en ouvrant une nouvelle base en collaboration avec des partenaires locaux à Fianarantsoa. En effet, les études ont révélé des besoins criants dans cette zone. Des kits de produits d’urgence seront distribués aux familles dans ces régions au cours des prochains jours.
« Il faudra du temps pour que le pays se remette d’un tel cyclone. Handicap International s’engage à soutenir les personnes les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées, qui sont souvent laissées à l’écart de la réponse d’urgence. Dans des situations déjà compliquées comme celle-ci, les personnes handicapées risquent de faire face à encore plus de difficultés », conclut Vincent Dalonneau.

Handicap International

error: Content is protected !!