Le collectif citoyen «Nio Lank», regroupant plus d’une trentaine de mouvements de la société civiles et partis politiques a réussi sa grande mobilisation ce vendredi dernier pour exiger la libération du professeur d’université Babacar Diop, des activistes Guy Marius Sagna et autres qui sont toujours en détention pour avoir manifesté contre la hausse du prix de l’électricité. Cependant d’ici la prochaine manifestation, le collectif devra gérer certains détails dont, d’après certaines indiscrétions, la présence de Y en a Marre qui indispose beaucoup de gens.

Rokia Pédro

 

Malal Tall et ses camarades n’inspirent pas confiance . « Clair-obscur et accointance avec un groupe de presse pro Macky, pions du régime », voilà comment est perçue l’implication du mouvement Y en a Marre dans le collectif « Nio Lank ». Car, d’après notre source membre de ce mouvement, « les gens sont un peu partagés dans le collectif et nourrissent une certaine réticence quant à la sincérité de l’engagement de Y en a Marre. Certes, nul n’a la légitimité de dire qui doit être présent ou pas dans ce combat qui se mène au nom du peuple, mais une certaine suspicion règne dans le collectif à vis-à-vis de Y en a Marre à cause de leur proximité avec le groupe de presse GFM soupçonné de rouler pour le pouvoir ».

Certains activistes sont allés jusqu’à les traiter de corrompus à travers des lives sur les réseaux sociaux,  notamment sur Facebook. Parce que, soutiennent-ils,-à tort ou à raison-, le train de vie des Y-en-a-marristes, à savoir la fréquence de déplacement à l’étranger, leurs véhicules…, ne se justifierait pas d’après eux, par la vente d’albums ou de recettes de concerts.

Quoi qu’il en soit,  la présence de Y en-a-Marre est donc très délicate dans ce groupe citoyen. Ce sont surtout Simon Kouka et Malal Tall alias Fou Malade qui sont indexés. Malal est chroniqueur dans l’émission Jakarlo bi et Sinon a eu à animer une émission sur la même chaîne, appartenant à l’artiste chanteur Youssou Ndour, par ailleurs ministre conseiller de Macky et allié du pouvoir.
Et, notre interlocuteur de poursuivre, « ils veulent bien que Y en a Marre s’implique sur cette question mais ils ne veulent plus qu’ils soient à la tribune à distribuer la parole et à gérer le micro. Parce que c’est leur présence qui a étouffé dans l’oeuf le mouvement Aar li niou bok.
Ce sont en effet, des propos de Malal Tall à propos d’Ousmane Sonko en comparaison à Idrissa Seck ( sans pour autant nommer ge dernier ) qui avaient suscité la polémique entre les militants du Pastef et ceux de Rewmi. Et, « c’est une crispation qui a freiné les élans de Aar li gnou bok.  » toujours selon notre source dans le collectif.
D’autres plus suspicieux poussent le bouchon plus loin et ne craignent que les Y-en-marristes ne soient des pions du régime.
En attendant de régler ces petits couacs, le collectif a promis de sonner encore une plus grande mobilisation.

By Rokia Pédro

Sans prétention aucune, j'ai toujours adoré faire part de mes coups de gueule, coup de cœur, de mes analyses, de mes mécontentements, de mes peurs ou craintes et de mes opinions aux autres. En tant que journaliste, blogueuse et activiste, comment ne plus m'impliquer dans ce qu'il se passe dans mon pays ? Alors, pour paraphraser Marguerite Duras: "Ecrire, c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit". A un moment donné, se taire c'est tout simplement être complice. Or, ma plume s'avère mon arme, avec elle j'espère donc, jouer ma partition dans cette vaste opération entreprise par tous les patriotes de mon si cher Sénégal, pour l'extirper de mains de ces politicards qui ne font que servir leurs propres intérêts. Sur Last Leaks, la parole est donnée aux experts dans leurs domaines respectifs: politique, économie, géopolitique, santé, sport... Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!