Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Dépistage dans les écoles

Au lendemain des nouvelles mesures sanitaires annoncées par le gouvernement la grande question c’est comment limiter la circulation du virus à l’école.

Déjà, la piste du report de la rentrée scolaire est écartée par l’exécutif. Car, le gouvernement poursuit sa stratégie annoncée il y a un mois; c’est-à-dire que si un élève est positif dans une classe de primaire ses camarades peuvent revenir à l’école sur présentation d’un test négatifs, lesquels tests seront plus nombreux à l’avenir. D’après le ministre de l’éducation nationale, Jean Michel Blanquer ce nouveau protocole fonctionne. «La question c’est que aujourd’hui on fait faire un test et probablement nous allons aller vers 2 ou 3 tests pour revenir à l’école. Il faudra pas seulement avoir présenté une fois un test mais au moins 2 fois à plusieurs jours d’intervalle. Et, c’est intervalle nous sommes en train de le de le travailler» .
En réalité, les test vont être multipliés à partir de la rentrée, le 3 janvier prochain. ce qui veut dire 220000 tests par semaine dans le premier degré. La mesure est insuffisante selon cet enseignant-chercheur, Pascal Crepey qui a parlé au micro de FranceInfo: « ce qui est important c’est de détecter les enfants qui sont positifs mais qui sont en classe et les enfants positifs pour lesquels on ne le sait pas. Et ça, c’est le système de de test itératif avec un test par semaine pour tous les enfants et malheureusement on est encore très loin du compte. On on ne teste qu’une partie des enfants et pas toutes les semaines ».
Concernant les capteurs de co2 dans les classes, le ministre annonce que 20000000 d’euros ont été débloqués en soutien des collectivités locales mais selon les syndicats le flou reste entier sur l’installation de ces capteurs.

error: Content is protected !!