Où va notre liberté d’expression ?

Nous sommes tous en sursis, au regard de ce contexte si nous ne nous relevons pas le défi avec ces voyous de la république qui utiliseront tous les subterfuges pour tenter de nous intimider.

Par B. Bengelloun

Peine perdu en ce qui me concerne, je leur marche dessus.

Je n’ai pas vécu tout ce temps dans un pays d’accueil ou je peux m’exprimer, me défendre pour rabattre mon caquet devant des godillots, des bougnafiés à la solde de tout sauf de la justice.

Pauvre de ceux qui attendent des réponses de l’état avant de condamner ces pratiques d’où autre âge.
Du pareil au même en ce qui me concerne.

Il est vrai que j’ai un appriori défavorable pour ce gouvernement truffé de voyous de la république.

La diaspora n’est pas que la roue du social. Pauvre idée de ceux qui pensent cela.

Pour ceux qui se posent des questions existentielles, sur la dénonciation de l’arrestation de Boubacar Sèye, les faits étant têtus, on les voit surgir dans les réseaux sociaux pour défendre de façon timorée et aseptisé ce droit minimal à l’expression démocratique.
Plutôt en pleurer.

Notre expérience, notre capacité de s’exprimer, d’exiger des bilans ne doit pas être éteinte par cette racaille qui est aux antipodes de la libre expression.

Le sénégal n’est pas sorti de l’auberge avec ce compagnonnage.

La diaspora n’est pas que la roue du social. Pauvre idée de ceux qui pensent cela.

La Diaspora est un vecteur de développement certes mais y compris au plan de l’avancée de notre démocratie.

Qui ose, dès lors, avec ces pratiques d’un autre âge vanter notre pseudo avancée démocratique. Foutaise.

Notre expérience, notre capacité de s’exprimer, d’exiger des bilans ne doit pas être éteinte par cette racaille qui est aux antipodes de la libre expression.

Nous coucher devant elle serait un crime dans la lutte d’émancipation de notre peuple.

En détention pour s’être simplement interrogé « à voix haute » sur les centaines de milliards alloués à l’état du Sénégal. Ce que pensent la majorité des Sénégalais tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Le gouvernement de Macky Sall, pour plus de crédibilité, devrait plutôt nous présenter le bilan de tous les projets et programmes relatifs à la migration clandestine mis en place depuis 2005.

Le constat est lamentable avec un financement de plus de 300 millions d’euros provenant de l’UE pour :

  • améliorer les conditions socio-économiques dans les pays de départ
  • favoriser les « retours » des migrants des pays d’accueil

Ce constat de l’avis même des états membres tels que la France, l’Espagne, l’Italie … est sans appel :

 » les résultats sont mitigés et le phénomène de la migration irrégulière continue de s’amplifier … »

L’état Sénégalais nous doit des réponses, les intimidations et autres subterfuges n’empêcheront pas les citoyens de :

  • chercher à savoir où sont passés ces milliards
  • s’exprimer sur la gestion de ces financements.

Arrêtez de tomber dans le panneau sur des soit disant erreurs de communication.

Dés lors que l’on s’exprime avec des arguments, tout gouvernement se doit de donner des réponses et non brandir la répression, qui est la seule arme du régime actuel.

J’entends dire, au travers de plusieurs canaux, que je risque gros à ma descente d’avion à l’AIBD et alors ?
Se poser juste cette question et le camp d’en face nous aura vaincu.

La Diaspora doit refuser ce chantage à la répression. Nous devons porter très haut le flambeau de l’expression démocratique tel qu’elle est appliquée dans nos pays d’accueil.
L’histoire nous sera juge.

Citoyen(ne)s sénégalais INDIGNEZ-VOUS !

EXIGEONS la libération immédiate de Mr Boubacar Sèye Président HSF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!